De la production à l’usage, des géodata à la portée de tous

| 18 octobre 2016 | 0 commentaire

Catégorie: Conférences, Dans l'océan des géodata, DécryptaGéo 2017, Programme 24 janvier

Mardi 24 janvier de 14h à 18h – salle polyvalente

geodataLa production de géodata n’est plus réservée aux grandes entreprises ou aux institutions nationales. Mais qui sont réellement les nouveaux producteurs de données ? Comment démocratiser réellement les usages ? Ponts techniques et services ciblés permettent de les rendre plus “transparentes”. Exemples venus de l’imagerie satellitaire et des données INSPIRE.

Animatrice : Gaelle Gabriel, Ville de Paris

14h-14h30 : Des TIC au TOC : OSM comme nouveau mode de fabrique cartographique par Matthieu Noucher et Marina Duféal, Laboratoire PASSAGES (CNRS / Université Bordeaux Montaigne)

  • ECCE Carto (des Espaces de la Contribution à la Contribution sur l’Espace) est un projet de recherche mené au sein du laboratoire PASSAGES (UMR 5319 à Bordeaux). Son objectif est de porter un regard géographique sur les nouveaux modes de fabrique cartographique en s’intéressant, en particulier, au projet de cartographie collaborative OpenStreetMap (OSM).
    En dépit d’un nombre croissant de travaux de recherche se concentrant sur les données – explorant leur qualité (géométrique, sémantique) et leur fiabilité – la population des contributeurs reste encore aujourd’hui mal connue. C’est donc à ce niveau de granularité, celui de l’individu, que nos regards se sont portés, explorant un corpus inédit composé des récits et des témoignages de ceux qui participent au projet.
    Le projet ECCE Carto vise ainsi à donner corps aux contributions présentes sur OSM en mesurant, visualisant, interrogeant les relations entre pratiques territoriales et pratiques de production de l’information géographique numérique. Ce décryptage permet d’appréhender d’une manière originale (à l’échelle de l’individu et par les profils, pratiques et valeurs d’engagement des contributeurs) les glissements de légitimité actuellement en cours dans les manières de « dire et d’écrire » le territoire : des acteurs en position historique d’autorité vers les citoyens « amateurs », capteurs et/ou contributeurs.

14h30-14h45 : Isogeo, les usages au-delà du catalogage par Julien Moura, Isogeo (intervention sponsor)

  • L’Open Data doit servir à « ouvrir » les données (géographiques ou non), à les mettre à disposition pour une réutilisation « libre » et surtout à les valoriser, avec de nouveaux usages. Initié il y a quelques années, nous constatons aujourd’hui ce qui était prévisible. Les données « libérées » sont rarement à jour et peu documentées. Les usages promis ne sont pas tous au rendez-vous. Découvrez comment le catalogage et plus généralement la gouvernance des données permettent de préparer un organisme à ouvrir ses données de manière à développer des nouveaux usages.

14h45-15h15 : ENERGIC OD : Géodata et Opendata pour de nouveaux services européens par Yves Riallant, Afigéo

  • Le projet européen ENERGIC OD (European Network for Redistributing Geospatial Information to user Communities – Open Data // Réseau européen pour la redistribution de l’information géospatiale aux utilisateurs de la communauté Open Data) a pour but d’offrir un point d’accès unique aux données géospatiales ouvertes à l’échelle européenne. Basé sur une approche novatrice (architecture de broker et hub virtuel), il vise à faciliter la création d’applications et de géoservices innovants, multidisciplinaires, à valeur ajoutée.
    Engagés dans ce projet depuis 2014 aux côtés de 11 autres partenaires européens, l’AFIGEO, le BRGM et Depth France s’associent pour présenter, à l’occasion de DécryptaGéo 2017, l’état d’avancement de ce projet et deux exemples d’applications qui en découlent. L’objectif est de présenter, à l’auditoire, un écosystème favorable au développement de nouvelles applications, de nouveaux géoservices…
    Nous présenterons
    ➢ les principales caractéristiques d’ENERGIC OD : ses objectifs, ses activités, ses partenaires… (AFIGEO)
    ➢ L’architecture proposée : le broker, le catalogage, l’écosystème… (BRGM)
    ➢ L’application « Trait de Côte » (BRGM)
    ➢ L’application « ProxiClic » (Depth France)
    Ces interventions donneront lieu à des échanges avec la salle, notamment autour des géodata utilisées, des applications développées, du potentiel de développement de nouveaux projets…

15h15-15h30 : Lizmap et ses différents modules complémentaires par René Luc d’Hont, 3Liz (intervention sponsor)

  • Présentation de quelques modules : accès aux données cadastrales, valorisation de données d’observations floristique et faunistique

15h30-16h : pause, visite des stands

16h-17h : Lancement de la passerelle Inspire v2 par Jérôme Desboeufs, Etalab

  • La passerelle Inspire ne sert qu’à publier ses données géographiques sur data.gouv.fr ?
    Oui mais ça c’était avant !
    Venez découvrir les nouvelles fonctionnalités de la passerelle Inspire v2 et comment elle vont vous aider dans votre quotidien de géomaticien ou d’administrateur de données.
    Cette nouvelle version se veut plus accessible, plus transparente, et plus facile à intégrer dans vos outils et plateformes.

17h-17h30 : Le monde de l’imagerie satellitaire à 50 cm peut-il espérer se fondre un jour dans celui de la géomatique ? Par Catherine Proy, CNES

  • Avec l’arrivée de la constellation Pléiades, le monde de l’observation de la terre en France pensait obtenir un plébiscite chez les utilisateurs de l’imagerie et révolutionner les usages.
    Vu sous l’angle des spécialistes de la télédétection, toutes les conditions semblaient réunies pour faire de cette nouvelle génération de système un véritable succès : deux satellites avec une capacité d’observation journalière du globe à échantillonnage 50 cm et des capacités stéréo hors norme, une Délégation de Service Public permettant un accès à prix coutant pour les institutionnels et un partage des données entre eux, et un programme préparatoire ambitieux et d’envergure.
    Quatre ans après le déploiement de la constellation, force est de constater que Pléiades est certes un immense succès commercial pour les ventes d’images et services à l’export par Airbus Defence and Space Intelligence, qu’il est plébiscité par de nombreux scientifiques, mais que le succès attendu auprès des institutionnels civils français n’est pas au rendez-vous, malgré tout le soin apporté à l’adéquation du système à ce segment spécifique de marché.
    Le monde du spatial est-il donc (encore) tellement éloigné de celui des territoires et de leurs gestionnaires ? La préparation de l’arrivée de l’observation de la terre submétrique dans le monde de la géomatique française a-t-elle été menée de façon trop déconnectée des réalités de ces métiers ? Ou fallait il être patient, et, la situation est-elle en train, progressivement, d’évoluer via la transition numérique et la profusion croissante des donnés d’observation de la terre, tous capteurs confondus, avec des réalisations novatrices émergeant d’incubateurs ou start ups ?
    Les principaux acteurs du système Pléiades (CNES, IGN, ADS Intelligence) ont décidé de faire un état des lieux de la situation via une grande enquête de notoriété de Pléiades auprès des institutionnels français afin de réajuster le tir et de proposer des actions pour faire connaitre cet outil financé par la puissance publique française, pour les acteurs publics.
    Nous souhaitons partager avec les acteurs des rencontres Decryptageo les résultats et conclusions que nous en tirons, mais aussi soumettre les questions qui restent ouvertes et recueillir les retours de la communauté géomatique pour rendre plus accessible, au plus grand nombre cette source de données au potentiel encore trop inexploité.

17h30-18h : Eugenius : un réseau de PME de géoservices par Laurent Cohen, TERRANIS

  • Le réseau Eugenius est un réseau Européen de PME expertes dans le domaine de l’observation de la terre. L’objectif est de communaliser les offres pour que chaque partenaire puisse exploiter une plateforme régionale avec un catalogue de services conséquent. Chaque plateforme régionale propose l’ensemble des données locales géoréférencées: données satellitaires, in-situ, open-data, etc. Elle est également le portail de diffusion des produits générés par le représentant local, à destination des clients et utilisateurs régionaux.
    Le réseau Eugenius compte actuellement une dizaine de membres pour 14 services commerciaux.

Laisser un commentaire