Grands témoins 2017

| 9 septembre 2016 | 0 commentaire

Catégorie: Actualités, Conférences, DécryptaGéo 2017, Programme

Mardi 24 janvier de 9h30 à 11H

Dominique CARDON sociologue

Sociologue, professeur à Sciences Po, Dominique Cardon s’intéresse depuis longtemps aux transformations contemporaines de l’espace public. Il questionne sans relâche la place et le rôle du numérique, à travers différents ouvrages comme « La démocratie Internet » et « À quoi rêvent les algorithmes, nos vies à l’heure des big data ». Données ouvertes, vie privée, ciblage, enjeux liés à la géolocalisation généralisées… autant de thèmes qu’il abordera lors de sa conférence d’ouverture de DécryptaGéo 2017.

———

Olivier Lemire

Olivier Lemire

———-

Olivier Lemire arpente la campagne française à pied depuis 6 ans. Un projet géographique, sociologique et poétique axé sur la vie des campagnes, le cheminement, et la question du sens. 6 années, 8000 km à pied, des dizaines de lieux-dits aux noms étonnants (La Vie, la Mort, le Désespoir, le Bonheur, la Jouissance…) et autant de portraits de leurs habitants.

Voyageur, marcheur, photographe, auteur, réalisateur… il se définit lui-même comme un « correspondant géographique ». Il viendra nous expliquer ce qui le met en marche… Un voyage sensible à ne pas manquer.

A découvrir sur son site Celui qui marche

———

Mercredi 25 janvier de 14h à 15h

jfbonnefon

Jean-François Bonnefon

Jean-François Bonnefon est docteur en psychologie cognitive, et directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique. Il est membre du Centre de Recherche en Management de Toulouse, de la Toulouse School of Economics, et de l’Institute for Advanced Study in Toulouse. Il est l’auteur de plus de 100 publications scientifiques sur les comportements rationnels et irrationnels dans le domaine du raisonnement, de la prise de décision, et du jugement moral.

Son intervention : Le dilemme éthique des véhicules autonomes

Les véhicules autonomes devraient éviter la majorité des accidents, mais pourront être amenés à faire des choix moraux difficiles, comme celui de protéger leur passager en tuant un groupe de piétons, ou à l’inverse de sauver un groupe de piétons en sacrifiant leur passager. Définir les algorithmes qui prendront ce type de décision est un défi immense, qui devra nécessairement mettre en balance l’opinion publique, la responsabilité morale de l’état et des constructeurs, et les préférences des consommateurs. Je présenterai les résultats de six études mettant en lumière les paradoxes qui résultent de cette mise en balance.

Laisser un commentaire