L’enjeu des zones complexes

| 18 octobre 2016 | 0 commentaire

Catégorie: Conférences, DécryptaGéo 2017, Les défis de la géolocalisation, Programme 24 janvier

Mardi 24 janvier de 14h à 15 h30 – amphithéâtre Picard

geolocalisationEn milieu rural, dans les centres d’affaires et commerciaux, dans les gares et les aéroports… la géolocalisation rencontre de nouvelles difficultés car les GPS ne passent plus. Présentation des solutions techniques et de retours d’expérience.

 Animatrice : Elise Ladurelle, AFIGEO

14h-14h30 : Quand le GPS ne passe pas par Thierry Aumenier, Open

  • Une majorité de nos applications mobiles proposent aujourd’hui des fonctionnalités basées sur la géolocalisation et nécessitent de connaître notre positionnement. Si la technologie GPS permet depuis de nombreuses années de nous guider lors de nos déplacements, elle n’est pas accessible partout où ces applications en ont besoin, en particulier à l’intérieur des bâtiments. Pour pallier ce manque, de nombreuses technologies émergent afin de servir nos besoins personnels en guidage indoor, en interactivité avec les nombreux objets connectés qui nous entourent, ou encore pour les professionnels, en ciblage marketing, supervision d’activité, etc.
    Beacons, leds, infrastructures dédiées,… nous ferons le point sur les différentes technologies de géopositionnement alternatives au GPS et sur leurs différents usages.

14h30-15h : La Défense, un défi de représentation de la donnée par Lydia Bertelle, Defacto

  • Le territoire du quartier d’affaires de la Défense a une configuration complexe et dense dans ses composantes spatiales, horizontales et verticales, imbriquées à travers de multiples niveaux souterrains et de volumes non homogènes.
    Au service de l’attractivité et des nouvelles ambitions du quartier d’affaires, Defacto a engagé une démarche de développement qui s’appuie sur de nouveaux outils tel le Système d’Information Géographique (SIG). Les processus et l’organisation qui accompagnent le SIG, constituent aujourd’hui un des moyens de maîtriser la complexité du terrain. Ainsi en 2015, Le SIG a entamé un chantier d’envergure d’inventaire et de localisation du patrimoine vaste et hétérogène dont Defacto a la gestion et le renouvellement.
    Outre les difficultés rencontrées lors de la collecte d’un patrimoine vieux de 50 ans, les choix de représentation (spatiale ou non spatiale, multiple, niveau de détail etc.) ont fait l’objet de compromis validés avec les métiers afin de répondre aux besoins de tous et de manière transversale.

15h-15h30 : La cartographie indoor sur OpenStreetMap par Antoine Riche, Carto’Cité, et Florian Lainez

  • SNCF Transilien a cartographié les 388 gares d’Ile-de-France sur OpenStreetMap. L’intérieur des gares complexes a été cartographié étage par étage, à un grand niveau de détail. Sont renseignés les escaliers et ascenseurs, l’accessibilité, les guichets, les commerces, les automates de vente, etc. La précision géométrique des données est de l’ordre de 10 cm.
    Le choix d’OpenStreetMap relève pour SNCF Transilien d’une démarche open data et participative. Les données produites et mises à jour par la communauté OpenStreetMap sont utilisées dans la nouvelle application mobile monTransilien.
    Carto’Cité a cartographié l’intérieur des six grandes gares de Paris, et les deux gares RER associées : Haussmann et Magenta.
    La présentation expose la méthode utilisée pour cartographier, et développe les usages et les enjeux de la cartographie d’intérieur sur OpenStreetMap.

Laisser un commentaire