Les nouveaux chantiers

| 18 octobre 2016 | 0 commentaire

Catégorie: Conférences, DécryptaGéo 2017, La délicate transversalité de la géomatique, Programme 24 janvier

Mardi 24 janvier de 16h à 19h – Amphithéâtre Bienvenüe

geomatiqueBIM, transition énergétique, adressage… les outils géomatiques sont mobilisés sur de nouvelles thématiques. Mais comment justifier les investissements nécessaires à l’heure du « Google-fait-tout-gratuitement-en-ligne » ? Une table-ronde sur l’analyse de la valeur clôturera cette session.

Animatrice : Nathalie Dejour, consultante indépendante

16h-16h30 : Poser les exigences d’un géocodeur d’État : compte-rendu de la Plateforme nationale de géocodage par Jean-François Gigand, IGN

  • Lancée en 2016 par l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), la Plateforme nationale de géocodage rassemble une communauté métier d’acteurs et d’utilisateurs pour collaborer sur la qualité du géocodage en France.
    Issue de l’expérience des uns et des autres, la bonne compréhension des besoins métiers et des contraintes techniques est indispensable à l’élaboration de spécifications sur la qualité attendue d’un géocodeur d’Etat.
    Ces spécifications sont alors traduites en batteries de tests automatisés pour évaluer les géocodeurs existants du marché et orienter le développement de solutions communes exploitant la Base adresse nationale (BAN).
    L’animateur de la plateforme vous présentera la synthèse des échanges et travaux en cours.
    La mission est financée par le Programme d’Investissement d’Avenir et se termine en février 2017, donnant à cette intervention un caractère de restitution de fond.
  • Lien vers la présentation de JF Gigand en ligne sur son site

16h30-17h : La transition énergétique sur le terrain par Marie Caroline Vallon, région PACA

  • En avril 2015, la Région et la DREAL PACA lançaient un Appel à Manifestation d’Intérêt « Transition énergétique dans les documents d’urbanisme ».
    Six territoires ont été retenus pour soutenir leurs démarches volontaires de SCOT et PLU favorables à la transition énergétique, chacun avec ses contraintes spécifiques (territoire touristique, territoire de montagne, de bord de mer, urbain ou rural).
    L’objectif, bien déterminé sur le papier, consistait à décliner les orientations du Schéma Régional Climat Air Energie et soutenir les initiatives locales de transition énergétique dans les documents d’aménagement. La réalité et l’expression des besoins locaux sont plus complexes : si techniquement, les outils actuels de diagnostic et de prospective permettent d’identifier les axes d’intervention souhaitables, juridiquement et politiquement il a fallu composer…
    La conférence sera un temps d’échange sur l’apport des outils géomatiques pour les analyses urbanistiques et énergétiques, les difficultés rencontrées, les solutions proposées, les compromis trouvés (il y a des succès !) : les documents réglementaires étant en cours d’écriture.

17h-17h15 : Onegeo, un moteur de recherche géographique par Guillaume Sueur Neogeo (intervention sponsor)

17h15-17h45 : Les enjeux de la convergence SIG/BIM et applications potentielles pour l’Etat de Genève par Pascal Oehrli, directeur et responsable du centre de compétence du SITG et Laurent Niggeler, géomètre cantonal

  • Le BIM modélise les bâtiments et les infrastructures. Le SIG modélise le territoire et les villes. La convergence entre les deux domaines est en route. Quels sont les enjeux de cette convergence ?
    Le système d’information du territoire genevois – www.sitg.ch – s’implique dans ce domaine et montrera sa vision pour  assurer une réelle connexion entre les données des maquettes numériques en IFC et les données du SIG, avec présentation de quelques cas potentiel d’application, notamment dans les projets urbains et les permis numériques.

17h45-18h45 : Table ronde : Information géographique, une ressource à estimer animée par Bruno Iratchet, Realia

La question de la valeur économique générée par l’information géographique est un véritable serpent de mer. Aujourd’hui, économistes et géomaticiens y travaillent main dans la main, notamment à l’échelle des infrastructures de données géographiques régionales. Mais l’évaluation économique s’avère particulièrement complexe à mener. Retours d’expériences sur les dernières études menées en France et les perspectives qu’elles ouvrent.

Avec :

 

Laisser un commentaire