Les verrous informationnels de la transition énergétique

| 2 avril 2015

Catégorie: Rencontres Décryptageo 2015

Mercredi 10 juin à 15h

Par Marie-Hélène de Sède-Marceau – Laboratoire ThéMA

Le défi de la transition énergétique repose sur l’efficacité, la sobriété, les économies, la production et le stockage d’énergies renouvelables. Mais, pour résoudre cette équation complexe et répondre aux attentes sociétales, il convient de progresser dans la connaissance non seulement des systèmes énergétiques mais aussi de leurs interactions avec le socio-système. Cependant, le domaine de l’énergie reste très cloisonné et les passerelles entre compétences, réalisations techniques, connaissances énergétiques, économiques, environnementales et sociétales sont encore aujourd’hui peu fréquentes.

Les approches métaboliques ou matière et énergie jouent un rôle clé, posent les bases de l’intégration nécessaire à la compréhension de ce système complexe. Cependant, celles-ci restent partielles, négligeant trop souvent la dimension informationnelle, pourtant au cœur des mécanismes de régulation que la transition énergétique implique.

Ainsi, la multiplicité des perceptions, des représentations, des cadres sémantiques et des contraintes technologiques inhérentes aux approches sectorielles pèsent sur les potentiels de connaissances. Dans le domaine énergétique, les Systèmes d’Information restent essentiellement centrés sur des données de consommation et/ou de production attachées à des réseaux techniques, excluant, de fait, les données sur les usages de l’énergie et d’autres sources plus ou moins (in)formelles, renseignant comportements, cycles de vies et contextes territoriaux de consommation. Enfin, les mailles d’analyse ne permettent pas de rendre compte des situations locales.

Cette intégration informationnelle s’avère cependant nécessaire. Elle entrainera de nouvelles approches fondées sur la subsidiarité des données et une meilleure prise en compte des disparités cognitives entre territoires. Elle viendra enrichir les approches de planification énergétique territoriale et alimenter les dispositifs de suivi attendus dans le cadre des outils de cadrage mis en œuvre par les collectivités (SRCAE, PCET) et de projets énergétiques et/ou d’aménagement. Le captage et l’analyse des comportements de consommation énergétique et l’entrée territoriale apporteront une nouvelle grille de lecture à l’ensemble des acteurs énergétique. Globalement, la compréhension, le suivi, l’analyse et l’adaptation voire la résilience des systèmes territoriaux s’en trouveront améliorés.

icone-pdf

back

Les commentaires sont fermés