L’information géographique à l’épreuve de la pérennité

| 20 janvier 2014 | 0 commentaire

Catégorie: Les Rencontres 2014

Mercredi 9 avril de 9h30à 13h, amphithéâtre Navier

calendrierVotre SIG est régulièrement alimenté par une communauté d’utilisateurs et de contributeurs de plus en plus élargie. Comment faire vivre ses données, les mettre à jour, gérer l’évolution des données métiers et des changements de référentiels, comment gérer des flux incessants de nouvelles données ? Comment s’assurer que les données diffusées seront facilement réexploitables ? Faut-il créer un nouveau métier de « géo-documentaliste ? ». Pour répondre à toutes ces questions, consultants, maitres d’œuvre, producteurs de données et gestionnaires territoriaux confrontent leurs expériences.


Décryptagéo Les Rencontres – L'information… par sig-la-lettre

 

Animateur : Romain Buchaut (CRIGE PACA)

icone-pdf9h30 :  Tout ça pour ça !!! – Retour d’expérience et analyse économique sur 30 ans d’efforts de production planifiée et réactive par Thierry Rousselin – Magellium

  • Résumé : La vision de la pérennité des données et de l’intérêt de leur entretien et de la mise à jour des informations a été fortement modifiée par de multiples facteurs (évolution du rapport au temps, accélération des changements spatiaux sur le terrain, bouleversements technologiques, évolution des rythmes d’acquisition des sources d’information et des méthodes de production, évolution de la relation à l’information patrimoniale, …).
 Les auteurs présenteront une réflexion basée sur l’analyse de la pérennité des efforts de production géographique militaire sur trois générations en mode planifié (DLMS dans les années 80-90 ; VMAP dans les années 90-2000 ; MGCP dans les années 2000-10) et réactives. Ces résultats seront croisés avec des expériences similaires dans le domaine Oil & Gas.
 Cette réflexion sera moins centrée sur les aspects techniques que sur le bilan économique, organisationnel et en termes d’appropriation par les utilisateurs.
 Des exemples pratiques tirés des démarches d’analyse de l’obsolescence des produits géospatiaux initiés par les auteurs depuis 4 ans au profit de la défense française permettront de discuter l’intérêt de la connaissance a minima de la position relative des produits dans le paysage informationnel disponible.
  • Co-auteure : Karine Guérin 


Décryptagéo Les Rencontres – L'information… par sig-la-lettre

10h30 : Pause, visite des stands, animations

icone-pdf11h30 : Favoriser l’appropriation du SIG : une nouvelle mission à La Cub par Marie Gitton – Communauté Urbaine de Bordeaux

  • Résumé : La Communauté Urbaine de Bordeaux (La Cub) possède un SIG depuis plus de 20 ans. Initialement basé sur une solution propriétaire, le SIG a su évoluer progressivement dans son architecture technique et dans ses fonctionnalités. Il est aujourd’hui largement diffusé : plus de 370 couches de données sont consultables par les agents communautaires dans les différents logiciels SIG et de CAO-DAO proposés. Elles sont par ailleurs diffusées pour leur grande majorité à des partenaires et ses communes membres et même ouvertes aux citoyens pour 69 d’entre-elles sur son portail opendata. Alors tout roule ? Force est de reconnaître que le SIG est loin d’être approprié par ses utilisateurs tant au niveau de ses logiciels (le SIG intranet n’est utilisé en moyenne que par 10% de ses utilisateurs potentiels !) que de ses contenus. Par ailleurs, les communautés internes et externes (partenaires, monde professionnel, grand public, …) se développent et de nouveaux usages émergent. Pour répondre à ce constat La Cub a choisi de créer, en 2012, une nouvelle cellule « Assistance, conseil et ingénierie » afin d’une part de mieux appréhender ces évolutions et d’autre part, d’améliorer la connaissance et l’appropriation des logiciels, des données SIG et des nouvelles pratiques par ses agents. En parallèle des activités SIG de La Cub, cette cellule a permis de mettre en place un nouveau dispositif de pilotage et d’animation du SIG communautaire et de lancer des études expérimentales, notamment sur de nouveaux procédés d’acquisition (lever dynamique terrestres / drone). Expérimentation, documentation, formation, lettre d’information, club utilisateurs, groupe de travail thématique et communication parfois décalée mais toujours rigoureuse, sont autant de leviers activés pour tenter de dépoussiérer l’existant et insuffler une nouvelle dynamique.

icone-pdf12h : Le Système d’Information sur l’Eau et la pérennisation de l’information par Laurent Coudercy, ONEMA

  • Résumé : Le système d’information sur l’eau (SIE) a plus de 20 ans de fonctionnement, et il est alimenté par de nombreux acteurs publics qu’il fédère. Par ailleurs, les utilisateurs de ce système ont besoin de disposer de chroniques de données longues pour analyser l’évolution du milieu aquatique. Le SIE est donc confronté à des enjeux de pérennisation de son alimentation et de ses données et banques de données. Pour cela il a mis progressivement en place différents moyens et stratégies : définir les acteurs responsables de la création de la donnée et des banques de données, définir les spécifications techniques et des données de références, et les faire évoluer, définir des règles d’administration de ces données de référence, se donner des règles métiers pour gérer les évolutions des données métiers en cas d’évolution des référentiels, faire évoluer les modalités d’accès à l’ensemble de ses données et documents pour en faciliter l’usage, s’appuyer sur des démarches qualité et des retours d’utilisateurs pour faire évoluer la qualité de ses données … L’ensemble a permis au SIE d’assurer la pérennisation de ses données pendant plus de 20 ans sans remise en cause importante, mais avec des évolutions et adaptations régulières.

icone-pdf12h30 : Vers le Géoportail de l’urbanisme par François Salgé, METL/DGALN et Neil Guion, IGN

  • Résumé : Le géo-portail de l’urbanisme facilitera l’accès à l’information sur le droit applicable à une parcelle et, plus largement, facilitera l’exploitation des données pour suivre et évaluer la mise en œuvre des politiques de planification et de protection de l’environnement, en offrant tant une vision locale que nationale. Le géo-portail de l’urbanisme contribue ainsi au développement durable et à la protection de l’environnement, à la prévention des risques, ainsi qu’au développement de l’information géographique liée à l’usage du sol. La présentation portera sur les points suivants: une mise à jour en continue et relativement distribuée, le point de vue architecture informatique et organisationnelle, comment c’est pensé, structuré, les pièges à éviter, les doutes qui demeurent.
  • Co-auteur : IGN

Laisser un commentaire