Réinventons la carte

| 18 octobre 2016 | 0 commentaire

Catégorie: A la découverte de la géodataviz, Conférences, DécryptaGéo 2017, Programme 25 janvier

Mercredi 25 janvier de 9h30 à 12h30 – amphithéâtre Picard

geodatavizC’est en allant piocher dans de nouvelles sources d’inspiration que les cartographes ré-enchantent leur art. Des exemples pratiques seront présentés après une mise en bouche artistique et philosophique.

Animateur : Philippe Sablayrolles, Michelin

9h30-10h : Dans l’épaisseur des cartes par Guillaume Monsaingeon, fondateur de l’Oucarpo et philosophe

10h-10h30 : Comment se renouveler et renouveler la cartographie ? par Karine Hurel, CGET

  • Cette intervention cherchera à explorer à travers des exemples de pratiques personnelles, comment les cartographes peuvent enrichir leur démarche quotidienne et rester créatif Trois pistes seront explorés :
    – L’utilisation des démarches artistiques pour enrichir le langage cartographique
    – L’usage de nouveau format et de nouveau support pour (re)découvrir la cartographie
    – Enrichir sa pratique en développant de nouvelles manières de faire.

10h30-11h : Un atlas pour montrer la métropolisation en marche par Lionel Bretin, Agence d’urbanisme Bordeaux métropole Aquitaine

  • L’Atlas de l’espace métropolitain de Bordeaux a une double ambition : répondre à la question « Avec quels territoires Bordeaux entretient-il des relations ? » ; illustrer par la carte le phénomène de métropolisation que les économistes et les géographes ont jusqu’alors décrit par les chiffres et le texte. Bousculant les codes du genre cet atlas s’affranchit des limites institutionnelles, joue sur des échelles et des géométries variables et insiste plus sur les flux que sur les stocks. Il appelle d’abord à raisonner en liens et en systèmes plus qu’en périmètres fermés et en forces en présence. Il vise à faire prendre conscience aux décideurs des interdépendances entre acteurs et à regarder de l’autre côté de la frontière. Pour le géographe, il s’agit à travers des modalités cartographiques particulières, de représenter la complexité du monde, quitte à y perdre en efficacité synthétique et en détails. Pour le cartographe, l’enjeu est de montrer ce qui se passe « entre » les territoires et plus seulement « dans » les territoires.

11h-11h30 : Pause, visite des stands

11h30-12h : Apport des rendus stylisés en cartographie, les pistes ouvertes par MapStyle par Sidonie Christophe, IGN ENSG, LASTIG COGIT, Université Paris-Est

  • Dans le contexte de la personnalisation des outils de conception de cartes topographiques, il reste de nombreux verrous pour permettre aux utilisateurs de personnaliser la représentation graphique : choisir le bon niveau de généralisation et faire les choix sémiologiques adaptés restent un problème, sans parler du fait que des phénomènes spatio-temporels complexes restent difficiles à représenter.
    Le projet ANR MapStyle vise à intégrer des connaissances et techniques du domaine de l’Informatique Graphique, et en particulier du rendu expressif, pour permettre plus d’expressivité en cartographie, via la stylisation. Les outils et moteurs de rendu SIG ne permettent pas de réaliser ce type de rendu actuellement. Nous avons donc proposé d’étendre les normes OGC de symbolisation SLD/SE, afin de pouvoir spécifier des styles utilisant des techniques de rendu expressif (remplissage par textures vectoriel ou raster, stylisation linéaire, mélange des couches), afin de pouvoir reproduire les styles suivants à partir d’un jeu de données cartographiques : Cassini (issus d’un travail sur les pratiques de dessin dans les cartes de Cassini), dessin du rocher en montagne à la française, et des styles artistiques (estampe, peinture, aquarelle).

12h-12h30 : Webmapping et historique imagé par Jean-Michel Dziubich et Stéphanie Guillaumin, Département du Val-de-Marne

  • Dans le cadre d’une exposition organisée par les archives départementales pour les journées du patrimoine et intitulée « Circulez ! Transports et mobilités en Val-de-Marne du XVIIIe siècle à nos jours », l’idée a germé de réaliser une cartographie interactive mêlant des fonds de cartes historiques visibles par fondu-enchaîné, et des données liées à tous les modes de transport qui se sont développés sur le territoire depuis le 18è siècle.
    En collaboration avec des professionnels de la géomatique, des intervenants cartographes et archivistes du CD94, une application utilisant la plate-forme GEO a vu le jour avec deux impératifs: simplicité d’utilisation, interface intuitive.
    Cette application a permis de regrouper des fonds de cartes historique issus pour partie du patrimoine de l’IGN et des Archives départementales, des couches thématiques liées aux différents modes de transports qui se sont implantés sur le territoire, même ceux disparus aujourd’hui, ainsi que des points d’informations sur des évènements emblématiques liés à l’histoire des déplacements dans le département, renseignés par des informations historiques, des documents ou lien.
    Ces informations historiques ont nécessité des recherches bibliographiques importantes et l’élaboration de synthèse par époques définies.
    Le résultat a été à la hauteur des espérances des Archives départementales qui découvraient les possibilités offertes par de tels outils numériques, la rapidité à construire une application grâce aux possibilités de GEO. Son succès a conduit à poursuivre sa mise en ligne sur le site internet des Archives. Elle fera probablement l’objet d’adaptation pour d’autres expositions ou évènements.

Laisser un commentaire