Sommes-nous vraiment prêts ?

| 18 octobre 2016 | 0 commentaire

Catégorie: Conférences, DécryptaGéo 2017, Les défis de la géolocalisation, Programme 25 janvier

Mercredi 25 janvier de 15h à 18h  – salle polyvalente

geolocalisationExploitation des traces de nos téléphones portables, jeux plus ou moins sérieux, développement d’applications pour le grand public, mais aussi cohabitation entre applications professionnelles et grand public… des experts vous aident à vous y retrouver.

Animateur : Yves Roynard, RATP

 

jfbonnefonCette session sera précédée à 14h de l’intervention de Jean-François Bonnefon sur Le dilemme éthique des véhicules autonomes (Grand témoin)

  • Les véhicules autonomes devraient éviter la majorité des accidents, mais pourront être amenés à faire des choix moraux difficiles, comme celui de protéger leur passager en tuant un groupe de piétons, ou à l’inverse de sauver un groupe de piétons en sacrifiant leur passager. Définir les algorithmes qui prendront ce type de décision est un défi immense, qui devra nécessairement mettre en balance l’opinion publique, la responsabilité morale de l’état et des constructeurs, et les préférences des consommateurs. Je présenterai les résultats de six études mettant en lumière les paradoxes qui résultent de cette mise en balance.

15h-15h30 : Explorer des données de localisation issues de smartphones : Exemple d’intrusion dans la vie privée d’un utilisateur avec TimeLine Exploratory Dashboard par Robin Cura, UMR Géographie-cités / Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

  • Avec internet et en particulier les réseaux sociaux, nous laissons des traces numériques de nos profils et identités et à des entreprises qui les collectent, les traitent et les revendent en établissant des profils de consommateurs. Les dérives ont été importantes, et la prévention face à ces nouvelles sources de dés-anonymisation est devenu un enjeu sociétal certain, la majorité des individus ayant au moins conscience que ces données sur eux-mêmes existent.
    On ne se rend cependant pas compte qu’avec un simple smartphone, on indique en permanence à des entreprises privées où nous nous situons. Cette information, quoi que très pauvre de contexte, peut toutefois se révéler extrêmement précise et précieuse grâce au systématisme de sa collecte. Cette présentation s’attachera à montrer les usages intrusifs que l’on peut en faire une fois doté d’outils adaptés.
    L’application qui sera présentée est consultable et documentée à cette adresse : http://shiny.parisgeo.cnrs.fr/TimeLineEDB/

15h30-16h : De Keyhole à Pokemon Go : Quelques leçons d’un cocktail « Géographie, Surveillance et Fun » qui fonctionne depuis 15 ans par Thierry Rousselin, TMCFTN

  • Le succès de Pokemon Go  et ses conséquences et effets secondaires (politiques, sociétales, technologiques, économiques), prend sa source dans l’expérience d’une équipe qui de Keyhole à Google puis à Niantic a révolutionné notre manière de « jouer avec la Géo ».
    La présentation essaiera de sortir quelques leçons clés pour les géonautes français (joueurs ou pas).

16h-16h30 : Pause, visite des stands

16h30-17h : Un GPS dans toutes les poches, oui mais pourquoi faire ? par Olivier Rovellotti, Natural Solutions

  • Le GPS est devenu au fils des années une évidence absolue. Nous avons oublié qu’il a un jour été un dispositif réservé uniquement aux militaires. L’omniprésence de nos smartphones et l’accès à une cartographie de plus en plus précise nous permet de rêver de ne plus jamais nous perdre.
    Quelles nouvelles expériences et quels nouveaux usages, pouvons-nous imaginer grâce à cet outil et comment arriver à faire émerger ces idées créatrices de valeurs pour un monde meilleur. C’est ce que je m’efforcerais de faire pendant cette présentation.

17h-17h15 : Magellium – nous sommes près … et pas loin du tout par Jean-Yves Garinet, Magellium (Intervention sponsor)

17h15-17h45 : Les applis et les dispositifs d’alerte aux inondations : deux mondes parallèles ? par Johnny Douvinet, UMR ESPACE 7300 CNRS Université d’Avignon

  • Depuis quelques années, plusieurs solutions logicielles sont apparues en France pour compléter de manière positive les dispositifs d’alerte aux inondations. Ces applis émanent souvent de structures privées et font face aux défis de la geolocalisation en temps réel. Leur profusion est liée à l’absence de systèmes d’alerte massive et à une demande forte, en partie des acteurs de sécurité civile, mais les contraintes réglementaires des dispositifs d’alerte ne sont pas si simples à contourner. Les développements en cours tentent de réduire progressivement les écarts entre ces deux mondes, l’un étant très encadré par la loi, l’autre étant laissé à la liberté des développeurs. Il s’agira donc ici de comparer les différentes solutions existantes, de voir les apports de la géolocalisation et leur usage fait en temps réel via les applis, et de discuter de leur place dans la politique préventive actuelle.

Laisser un commentaire